imm019

Place Saint-Étienne. Riche des maisons anciennes qui la borde, elle a été mon terrain de jeu favori pendant plus de dix ans… En son centre, un terre-plein entouré de larges bancs de grès rose au milieu duquel trône, à l’ombre de deux platanes centenaires, une fontaine surmontée de la statue du «Meiselocker»*, le petit oiseleur symbole des enfants strasbourgeois, comme les ”Poulbots” sont le symbole de la commune de Montmartre. A l’époque, tous les beaux colombages qui font le cachet de la place étaient recouverts d'un enduit grisâtre… C'est bien plus tard que je me suis rendu compte de la splendeur de cet endroit.

Endroit stratégique s’il en était un à l’époque, assez éloigné de la maison pour me laisser une certaine liberté, et où je trouvais tout ce qu'un gamin pouvait souhaiter : une boulangerie, une épicerie-bazar où le caramel et les billes coûtaient un centime, la pâtisserie-confiserie de mon camarade Alain, chez qui j’allais jouer après l’école, et le bel atelier de M. Valenta, le relieur, qui m’accueillait volontiers dans son atelier et qui fit, comme d’autres artisans du quartier, naître en moi l’intérêt que je porte aux belles choses.

* Le «Meiselocker» créé en 1910 représente un jeune garçon avec son flûtiau qui imite le chant des mésanges et porte à la main une cage où il enfermera l'oiseau pour le revendre au marché. Cette pratique était courante au XVe siècle et valut aux jeunes Strasbourgeois ce surnom de charmeurs de mésanges. La statue est installée place St Etienne devant deux maisons anciennes.