Pendant mon activité de reporter photographe à Strasbourg, j’ai eu la chance d’approcher un certains nombre de personnalités strasbourgeoises, ou de personnages qui ont contribués par leur métier, leur action politique, leur place dans la Cité, au rayonnnement intellectuel et culturel de Strasbourg. J’étais à l’époque reporter-photographe pigiste pour ”Le Nouvel Alsacien”, ”Tribune Juive” et ”La Vie du Rail”.
J’ai accumulé pendant cette période (1974-1980) un certain nombre d'archives photographiques que je vous propose de (re) découvrir avec moi…

J’ai rencontré Jean-Pierre Ponnelle à l’occasion de la production de la ”Traviata” à l’Opéra du Rhin en mars 1980, avec Alain Lombard et le Philharmonique de Strasbourg. Comme je l’ai déjà souligné par ailleurs, à l’époque, il n’y avait pas besoin de carte de presse pour rencontrer des artistes. J’ai donc sollicité Henri Mayer, l’attaché de presse de l'opéra qui très simplement me fixa rendez vous pour une prise de contact avec Jean-Pierre Ponnelle. Il m’accueillit chaleureusement, je bafouillais deux trois mots. Ce fut franc et bref, j’avais carte blanche pour toutes les répétitions, et il acceptait que je l’interview pour ”Le Nouvel Alsacien” ! Et c’est ainsi que je découvrais les coulisses d’une maison d’opéra et un immense metteur en scène…

Je pénétrais donc dans la pénombre de la salle, la répétition venait de commencer. Jean-Pierre Ponnelle était en plein travail avec Catherine Malfitano et Léo Nucci, installé à l’avant-scène derrière une petite table où il n’y avait que la partition, un feutre, un verre d’eau, les indispensables cigarettes et un seau à champagne qui faisait office de cendrier. Lors d’une pause, Ponnelle me présenta brièvement à Malfitano et Nucci qui m’accueillirent avec enthousiasme et m’autorisèrent à les photographier.

ponnellea1A l'époque, j’avais un Nikon FM et de la HP5 poussée à 800 ASA. Sur cette image, Ponnelle observe Catherine Malfitano et Léo Nucci, avec qui il met au point la scène de l’arrivée de Giorgio Germont, le père d’Alfredo (Nucci) dans le jardin d'hiver de Violetta (Malfitano).

Ponnellea2De gauche à droite, Catherine Malfitano, Léo Nucci et Jean-Pierre Ponnelle.

Traviata_Ponnelle900x600

Traviata, production de Jean-Pierre Ponnelle pour l’Opéra du Rhin. Catherine Malfitano est Violetta : ”Libiamo…”

Cette production à fait date dans le répertoire de l’Opéra du Rhin et récompensait une collaboration artistique harmonieuse de haut niveau entre Alain Lombard et Jean-Pierre Ponnelle, qui s’était exilé en Allemagne, et ne travaillait plus en France qu’avec Lombard et son Philharmonique.

Photos © Claude Truong-Ngoc.