PharmacieduD_me

Strasbourg, l’intéressante et belle vitrine de la pharmacie du Dôme
réalisée par Violette et Michel Gellé.


A l’ombre de la Cathédrale, au n° 1 de la rue des Juifs, la Pharmacie du Dôme existe depuis 1837.

Tout au long de l’année les pharmaciens, Violette et Michel Gellé, proposent dans leurs vitrines de petites expositions thématiques rassemblant objets de métiers, livres et grimoires, échantillons de matières, planches botaniques… qui transportent le spectateur quelques dizaines d’années en arrière.

Lorsqu'en 1976 ils ont repris la pharmacie du Dôme, ils héritent d’une fabuleux trésor : leur prédécesseur, Charles Dirheimer, pionnier de l'homéopathie, maître des lieux durant plus de quarante ans, leur a transmis un véritable musée qu’ils ne cessent depuis d’enrichir avec passion et des pièces sont régulièrement présentées dans les vitrines, extraites du cabinet de curiosités que constitue l’ancienne herboristerie de l’officine.

Ils ont aussi su garder à leur officine son décor ancien, attirant l’attention du cinéaste Edouard Niermans qui y tourna en 2007 quelques scènes d’un téléfilm historique, « Le 7ème juré », diffusé sur France 2.

Dans ce quartier, qui fut le mien jadis, on y trouvait des bouchers-charcutiers, des crèmeries, des Winstub, un magasin de musique, un marchand de couleurs, mercerie, magasins de primeurs et d’alimentation, et quelques artisans, ainsi qu’un des plus grand salon de thé de la ville, qui était mon fournisseur attitré de meringues glacées… avec beaucoup de chantilly s’il vous plait !

Il n’y avait pas besoin de courir dans toute la ville et la banlieue pour trouver ce dont on avait besoin. Tout était là, à portée de mains dans un rayon de cinq cents mètres. C’était un quartier bien vivant et le pharmacien Charles Dirheimer en était une personnalité affable et respectée. Au bout de la rue des Juifs, au 38, mes parents ouvrirent en septembre 1957 le premier restaurant chinois de Strasbourg.

Jadis, l’association des commerçants présidée par Madame Ria Gerner, autre grande figure strasbourgeoise, organisait des concours de vitrines prestigieux, et chaque commerçant, indépendant alors, mettait un point d’honneur à y participer et à réaliser la plus belle vitrine.

Tout cela a disparu au début des années 80, et aujourd’hui ce quartier de la Cathédrale est mort, tué par les magasins franchisés, stérilisés, aseptisés et clonés, tels qu’on en trouve dans toutes les villes de France, de Navarre et d’ailleurs…