P1020408a

Le sommet de l’Otan des 3 et 4 avril prochains promet de rendre la vie impossible aux Alsaciens en général et aux Strasbourgeois en particulier.

Voici un petit aperçu de ce qui nous attend pour cette fête d’anniversaire à laquelle nous ne sommes pas conviés.

Secteurs bouclés, entreprises, usines, magasins fermés, pas de transports urbains, employés et ouvriers dans l’impossibilité de se déplacer, enfants sans école, (qui va les garder ?), j’en passe et des meilleures…

Quel sera le coût des dégâts collatéraux de ces deux journées ?… Qui dédommagera les victimes ? Selon les chiffres fournis par les autorités allemandes, le coût prévisible des dispositifs de sécurité mis en place de part et d'autre du Rhin à l'occasion du sommet s'élèverait à 110 millions d'euros. Côté français on se refuse à communiquer sur le sujet.

Interrogé pour savoir si les Strasbourgeois pourront voir l’un ou l’autre aspect du sommet, le préfet a relevé que « les meilleurs matchs se voient à la télévision »

Voici l’état des lieux au 16 mars 2009.

Des écoles fermées.
  Les 14 établissements scolaires situés dans les périmètres sécurisés seront fermés les vendredi 3 et samedi 4 avril comme prévu initialement. En revanche, le recteur s’est opposé à la fermeture des écoles strasbourgeoises hors périmètres sécurisés.

Ce qui explique que, pour ces établissements, on renvoie les parents à l’organisation qui sera « mise en place par les directeurs en fonction de la demande des parents »… Le premier adjoint strasbourgeois, a précisé que, « si nécessaire », un service minimum d’accueil serait organisé par la Ville dans les écoles qui fermeraient néanmoins.
Etablissements scolaires concernés : groupe scolaire Branly 2, école du Wacken, école maternelle Louis-Pasteur, école Sainte-Madeleine, école Schoepflin, école et collège Saint-Etienne, collège privé épiscopal Saint-Etienne, Doctrine Chrétienne, Providence, lycée Kléber, lycée Fustel-de-Coulanges, lycée international de Strasbourg et lycée Jean-Geiler de Kaysersberg.

Université de Strasbourg.  Le Président de l’Université de Strasbourg M. Beretz suspend tous les cours et autres manifestations prévues sur le campus de l’Esplanade dès le 28 mars au matin et pendant toute la semaine où se déroule le sommet de l’OTAN à Strasbourg et ses environs. Colloques, congrès scientifiques et soutenances de thèses sont reportés voire annulés.

Services de santé. La continuité du service public, dans le domaine de la santé, fait l’objet de très grandes attentions. Les soins à domicile nécessaires pourront se faire grâce au marquage des prestataires. Il est conseillé aux patients qui devraient être hospitalisés (femmes enceintes au premier chef) de ne faire appel qu’aux ambulances du SAMU qui circuleront sans problèmes. Il faut savoir cependant que des places d’hôpital dans tout le Bas-Rhin sont dédiées pour accueillir d’éventuels blessés liés au sommet. La permanence des soins libérale sera doublée, les hôpitaux du Bas-Rhin seront tous en phase d’alerte avec effectifs de garde sur place doublés.

Les marchés annulés.  Le marché Broglie est annulé le 3 avril, ceux du boulevard de la Marne, de la place de Bordeaux, des producteurs (place du Marché-aux-Poissons), de la montagne et de l’artisanat, des fleurs, de la brocante et des livres l’étant le 4.

Vie culturelle en veilleuse. En gros, c’est le couvre-feu :  pas de théâtre, d’opéra et de concerts pendant 4 jours…

Garderies et petite enfance.  Le vendredi 3 avril, quelques établissements recevant des tout-petits seront fermés, dans les zones sécurisées. Il s’agit de la halte-garderie du Wacken, la Fondation Stenger Bachmann, la crèche collective Canardière (rue d’Or), le multi accueil Parc à Bout chou.

Les chantiers fermés et débarrassés.  « Nous avons pris la décision de ne pas ouvrir de chantiers avant le sommet », a expliqué Robert Hermmann. Ceux de la ligne F du tram, et du tunnel sous la place Kléber seront temporairement stoppés (100 000 € de frais supplémentaires !). « L’ensemble des chantiers en cours sera débarrassé » à l’approche de la manifestation, selon le premier adjoint, afin qu’il n’y ait plus d’objets ou de matériau qui puisse servir de projectile. Un grand nombre de plaques d’égout sont en train d’être soudées…
 
La cathédrale  sera fermée au public du 2 avril jusqu’au matin du dimanche des Rameaux pour les messes qui pourront ainsi être dites.

Plus de 40 000 citoyens fichés.  A ce jour, 15 000 appels téléphoniques ont été passés sur le numéro vert mis en place par la Ville. 22 000 badges d’accès aux quatre zones rouges ou orange ont été délivrés à ce jour. On se dirige vers plus de 40 000 badges en tout, lorsque tous les habitants et entreprises ciblés auront réceptionné le précieux sésame.

30 kilomètres de barrières.  Les barrières des zones rouges et orange seront mises en place à partir du jeudi 2 au soir avec des systèmes différents selon la géographie des lieux. Ce bouclage physique sera plus ou moins haut (jusqu’à 2 mètres) et plus ou moins surveillé par les forces de l’ordre pour faire un maillage efficace et ne laisser entrer que les personnes autorisées (fichées, donc) aux points de passage obligés. Dans les quinze jours à une semaine précédent le bouclage des zones et le sommet, des contrôles de police seront effectués, notamment en cas de regroupement de personnes, « qui seront, le cas échéant, invitées à manifester ailleurs ». 

La plaine d’Alsace est rayée de la carte et contournée.
  Les forces de l’ordre ont imaginé des « coupures ponctuelles » d’itinéraires pour le passage des convois de délégations nationales, avec rétablissement rapide de la circulation. Mais n’excluent pas que ce mode opératoire puisse être perturbé par des anti-OTAN qui arriveraient à bloquer les voies…
La stratégie de déviation se décline en deux dispositifs. Pour le transit international, la plaine d’Alsace est rayée de la carte et contournée, à l’Ouest, par la Lorraine et la Franche-Comté, à l’Est, par Stuttgart et Zurich… Le fléchage pour ces déviations ainsi que l’affichage sur les panneaux à messages variables seront mis en œuvre huit jours avant le sommet, très en amont de la zone, pour permettre aux usagers réguliers d’assimiler l’information.
Une déviation inter régionale dessine un cordon sanitaire plus restreint à l’ouest de Strasbourg, qui rallonge singulièrement les trajets vers Nancy et Metz depuis le sud de l’Alsace (et vice versa). Enfin, un dispositif de proximité propose une déviation, dans le Bas-Rhin, depuis Sélestat vers Lauterbourg, en passant par Obernai, Molsheim, Saverne et Haguenau.
Ce « petit contournement » correspond aux congestions ponctuelles de circulation durant l’événement, dont on imagine qu’elle auront des effets dans un rayon de quinze kilomètres autour de Strasbourg,
selon la DDE, surtout le vendredi après-midi, lorsque la moitié des délégations arriveront par l’aéroport d’Entzheim et rejoindre Baden-Baden, ainsi que le samedi après-midi, au moment de leur départ.

Aéroport d’Entzheim : on se dirige vers une fermeture de l’aéroport aux vols réguliers uniquement le samedi 4 avril dans l’après-midi. Rappelons que l’accès sera plus difficile qu’à l’accoutumée.

SNCF : Aucun train TER ne circulera entre Strasbourg et Kehl les 3, 4 et 5 avril. La gare de Strasbourg fonctionnera normalement, à part une coupure de circulation entre Strasbourg et Kehl le samedi de 0 h à 10 h 15, qui concerne six trains grandes lignes.

Voies navigables : du jeudi 2 au dimanche 5 avril, tous les bateaux seront évacués de la ville. Sur le Rhin, les écluses de Strasbourg et Gambsheim seront fermés à partir de 4 h du matin le samedi 4 avril, et rouvertes pour 10 h.

Contrôles à la frontière : sur le pont de Kehl le rétablissement des contrôles d’identité aux frontières sera effectif entre le 20 mars et le 5 avril. Détenteurs de papiers pas en règles, ressortissants étrangers détenteurs de faux documents ou ressortissants étrangers signalés comme constituant un trouble potentiel à l’ordre public seront refoulés. Pour ne pas bloquer le flux routier, les contrôles se feront de manière aléatoire et à un seul endroit.

Bus. Les itinéraires ou terminus des lignes 2, 4, 6, 7, 10, 14/24, 18, 27, 30, 50, 71, 72 seront modifiés. La ligne 21 en direction de Kehl ne circulera pas le samedi. Le reste du réseau reste inchangé.

Parkings.  Les parkings du Printemps et Gutenberg seront fermés. Le parking Broglie sera accessible, mais uniquement aux conducteurs fichés et aux véhicules pastillés - qui en auront donc préalablement fait la demande. Le parking des Bateliers sera finalement ouvert, comme celui à proximité de la rue des Veaux, du Fossé des Tanneurs, et de la place Kléber. « 1 300 places de parking ont été trouvées pour les habitants des zones de sécurité, a indiqué le premier adjoint au maire de Strasbourg. Nous étudions avec Parcus la possibilité de délivrer des forfaits pour deux jours au P1, P2 et P3 (parking des Halles, Sébastopol et Wilson). » Pour les résidents du quartier du Tivoli, des places de stationnement seront réservées dans un parking extérieur gardé.

Vélos.  Dans les zones de sécurité, les vélos ne sont pas concernés par l’interdiction de stationnement et de circulation. Si les bicyclettes n’ont pas besoin d’être pastillés, seuls les cyclistes fichés pourront circuler.

Village autogéré du contre-sommet.  Le contrat entre anti-OTAN et préfecture pour la mise à disposition des terrains à la Ganzau « n’est pas encore signé », a déclaré hier le préfet. Les autorités veulent une « organisation responsable qui s’engage juridiquement ». « Cela vaut pour tous les grands rassemblements », selon le représentant de l’Etat qui attend une réponse.

Manifestation des anti-OTAN« Il n’y a pas d’interdiction de manifester, a déclaré le préfet, juste la conscience de l’événement (…) qui impose des mesure de protection et de préservation du centre-ville », la visibilité des anti-OTAN étant assurée selon lui par la présence de près de 3 000 journalistes venus couvrir le sommet. Les autorités renvoient les organisateurs de la contre-manifestation à leur demande initiale, qui était de pouvoir rejoindre le départ du cortège à pied depuis le lieu du campement et retrouver la manifestation allemande au pont de l’Europe. Pour ce qui est de la présence des anti sur l’ouvrage, « le maire de Kehl m’a confirmé son accord lundi dernier », selon le préfet.   Sources Préfecture, CUS, Université de strasbourg  et DNA.